EFL

Distinguer production stockée et production immobilisée

Article écrit par (1358 articles)
Publié le
Modifié le 13/06/2019
4 211 lectures
Les notions de production stockée et immobilisée

Production stockée et production immobilisée font partie de la production de l'exercice, l'un des agrégats des soldes intermédiaires de gestion. Les deux sont évalués au prix de revient ou coût de production, par opposition à la production vendue, évaluée au prix de vente. C'est donc un agrégat très hétérogène.

Outre le fait d'être produits par l'entreprise, ce sont probablement là leurs seuls points communs. Le premier est une variation de stocks et le second, une immobilisation créée par l'entreprise. Elles apparaissent à la clôture de l'exercice.

 

La production stockée : une variation de stock

La production stockée représente la variation globale des stocks au cours d'un exercice comptable. C'est le solde entre le stock final et le stock initial.

Elle comprend :

  • les stocks de produits finis et intermédiaires ;
  • les encours de production de biens ;
  • les encours de production de services.

La valorisation des stocks est obtenue à partir de l'évaluation des stocks à la clôture de l'exercice. C'est le coût d'acquisition des matières consommées, les charges directes (salaires et charges sociales, dotations aux amortissements du matériel, assurance, frais de stockage), les charges indirectes (amortissements des immeubles...).

À la fin de l'exercice comptable, les stocks et encours sont comptabilisés au débit du compte 35 par le crédit du compte 71. Une extourne est pratiquée à l'ouverture de l'exercice suivant.

L'accroissement global des stocks ou l'augmentation de leur valeur par un changement de méthode de valorisation entraîne une augmentation du résultat net de l'entreprise ce qui peut cacher une mauvaise année commerciale et des invendus. C'est une situation qui ne doit pas se prolonger sous peine de mettre l'entreprise en difficulté.

Le déstockage représente la variation négative de stock, lorsque le stock final est inférieur au stock initial. S'agissant de ventes et en présence d'une fabrication normale, sans baisse du chiffre d'affaires, cela peut tendre à prouver que l'activité se porte bien.

 

La production immobilisée : un coût de revient

C'est la contrepartie d'un compte de classe 2, parfois d'un compte 23 immobilisations en cours. Elle est passée au crédit d'un compte 72 qui apparaît au compte de résultat.

C'est le coût des travaux immobilisés à la fin d'un exercice, des travaux réalisés par l'entreprise pour elle-même. Il s'agit d'activer des investissements corporels et  incorporels. Ils sont évalués à leur prix de revient.

Il s'agit d'évaluer la production immobilisée à partir :

  • du coût d'acquisition des matières consommées ;
  • des charges directes ;
  • des charges indirectes ;
  • des coûts de démantèlement, d'enlèvement, de remise en état ;
  • des frais financiers sous conditions.

Dans tous les cas, il s'agira de charges nécessaires à la mise en place et en état de fonctionner du bien immobilisé ou de l'immobilisation en cours et directement attribuables à l'immobilisation.

Pour les ensembles immobiliers, ce coût doit être ventilé entre le terrain et la construction. Ensuite, il faudra y ajouter certaines redevances (urbanisme) et les frais d'études (architecte, géomètre) destinés à permettre la construction.

Tous ces éléments montrent bien la différence entre ces deux notions qu'il ne faut pas confondre.

Sandra Schmidt

Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.

Twitter   Facebook   Linkedin

KPMG