Comptalia

DEC de novembre 2014 : vos impressions

75 réponses
24 813 lectures

Re: DEC de novembre 2014 : vos impressions

Ecrit le : 03/12/2014 09:57 par Vanessa974

Bonjour à tous,

Je viens de lire tous vos post et waouh!! je me rends compte que les soutenances sont vraiment vécues différemment en fonction des jurys.

Personnellement, je passe mon DEC en mai 2015 et voilà mon avis sur la soutenance:

Il faut s'attendre à tout concernant l'attitude du jury mais il ne faut jamais se fier à ce qu'il montre, bon ou mauvais. Selon moi, il faut essayer de garder la meme ligne de conduite pendant tout l'entretien, à savoir défendre son bébé et argumenter sur le travail réalisé.

Le jury peut tout à fait se montrer "odieux", vous bousculer ou meme donner cette impression que votre mémoire est mauvais. Ne perdez pas la face! Il s'agit parfois uniquement d'un "jeu" visant à voir si vous avez le sens de la répartie. Cela ne signifie en rien que la note finale sera mauvaise.

A l'inverse, ça n'est pas parce que le jury fait l'éloge de votre mémoire que la note en sera forcément excellente.

Meme si cela est difficile, je pense qu'il faut vraiment se présenter à la soutenance en étant convaincu du travail fourni dans le mémoire. Il faut prouver au jury que l'on est capable de défendre le travail pour lequel on s'est investi.

Attention cependant, à ne pas paraitre trop "braqué" aux remarques, trop sur de soi!

En ce qui concerne tous les posts qui témoignent d'une soutenance difficile à cause d'un jury aux propos douteux, je suis attristée pour eux. Je comprend la déception que l'on peut ressentir et je partage leur avis sur le fait que tout n'est pas acceptable. Néanmoins, nous n'avons malheureusement pas le choix et nous devons en passer par là pour obtenir le DEC. Donc mon conseil serait donner le maximum de vous meme durant cette soutenance en faisant abstraction de tout le négatif que vous pouvez entendre ou ressentir et de ne garder en tete qu'un objectif: JE VEUX MON DEC.

Bon courage à tous (et à moi meme dans quelques temps! ;.)

Re: DEC de novembre 2014 : vos impressions

Ecrit le : 03/12/2014 17:03 par Lj4

Bonjour

Si je peux me permettre une remarque d'un vieux diplômé ...

Il faut surtout avoir en tête que l'épreuve est un mémoire à rédiger et à soutenir donnant droit à un bac +8 et pas un rapport de stage.

Je m'explique. Ma courte expérience en tant qu'examinateur est de voir des demandes d'agrément et des mémoires trop moyens. Je connais un directeur d'école qui me disait que ce qui est moyen est médiocre.

Il y a trop d'approximations dans la forme pour que l'examinateur soit convaincu du travail et de l'investissement.

l'annexe 2 est placée après l'annexe 8 ...

la page 30 après la page 32 ...

des paragraphes et des pages entiers pas justifiés, dont on pourrait supposer qu'ils ont été écrits par quelqu'un d'autre ...

des fautes de grammaire et d'orthographe qu'une simple relecture détecterait...

et j'en passe ...

J'ai assez souvent l'impression d'un travail relativement superficiel, voire bâclé, pour respecter le délai de dépôt, comme si c'était la dernière fois qu'on pouvait se présenter. D'ailleurs je retrouve cette impression en lisant les différents messages sur le candidat qui imprime son mémoire quelques minutes avant que la poste ne ferme ou de celui se rendant compte d'une erreur après l'envoi !

Il n'y a rien de plus irrespectueux pour les deux examinateurs que de lire ce genre de mémoire.

Si j'ai deux conseils à donner, ce serait de prendre son temps - quitte à se présenter plus tard - et de relire sa notice et les objectifs du mémoire.

J'ai conscience que ce message va en choquer plus d'un, mais quand on veut devenir expert comptable il faut s'attendre à être choqué et bousculé.

A bientôt

Laurent

Re: DEC de novembre 2014 : vos impressions

Ecrit le : 03/12/2014 19:37 par Pierre352a
Message édité le 03/12/2014 19:42 par Pierre352a

Bonsoir à tous !!!

Vanessa97, je trouve vos propos parfaitement censés et qui résument à mon sens très bien l'orientation de l'épreuve.

LJ4, en effet, se précipiter à mon sens n'apportera rien de bon. Mieux vaut décaler sa soutenance de 6 mois plutôt que d'être approximatif, voire imprécis et dans l'erreur pour absolument s'imposer de passer telle ou telle session.

Pour ma part, je viens de recevoir un 4.1 "direct" à ma notice, avec quelques remarques à observer lors de la rédaction.

Ce 4.1, même si c'est déjà une bonne chose certes, je m'en méfie aussi d'après ce que je peux en lire.

Je suis donc parmi les futurs candidats de la session de Novembre 2015. Mais si je dois décaler, bien que cela ne m'arrange pas ( sans rentrer dans les détails ), je décalerai car je ne veux pas me précipiter et faire quelque chose d'approximatif ( tant pour le jury que pour moi également, question d'amour propre disons ).

Quelqu'un peut-il d'ailleurs me confirmer l'information que j'ai eue concernant le 4.1, à savoir que l'on peut présenter son mémoire sur une période couvrant les 4 prochaines sessions sans refaire de demande d'agrément entretemps ?

Enfin, Hervon, félicitations pour votre quasi parfaite "soutenance" ( si je puis dire puisque finalement, vous ne semblez pas avoir eu à soutenir quoique ce soit durant l'entretien avec le jury....).

Ceci étant, votre témoignage suscite en moi quelques interrogations supplémentaires :

- Comme l'a déjà indiqué LJ4 à plusieurs reprises ( et j'ai pu le lire dans d'autres témoignages ), lors de la partie "orale" du mémoire, à savoir la soutenance, le jury est là pour tester les capacités "oratoires" ( au sens large ) du candidat sur son travail, voire au delà.

Qu'en est-il alors, dans un "cas" comme le vôtre, quand vous témoignez que vous n'avez finalement rien fait d'autre que de remercier.

Qu'en est-il de l'intérêt et de l'objectif même de la soutenance orale ???...autant ne pas faire se déplacer le candidat et lui envoyer directement sa note de mémoire ( ça fait gagner du temps à tout le monde )....

- Enfin, je comprends votre enthousiasme devant cette réussite, mais j'aurais tendance à penser que le plus beau des succès est celui qui sait aussi se montrer modeste et discret...

Il semble bien évident que le jury va être charmant s'il estime que votre travail est quasi parfait.

Dire que le jury en est "désarmant" est peut-être un peu excessif également, on a presque l'impression que vous regrettez de ne pas avoir eu à galérer, comme certains s'y trouvent contraints très souvent....

De même, vis à vis des candidats qui ont fourni le même travail ( peut-être plus pour certains ), passé autant d'heures ou plus, et qui se sont fait "ramasser" lors de la soutenance, ce n'est peut-être pas très bienvenu ( au risque même de passer aux yeux de certains pour de la prétention ).

Pour conclure, je reprendrai un passage de l'avis de Vanessa97 en rappelant qu'il faut peut-être se méfier d'une soutenance qui s'est à priori trop bien passée ( non pas que la moyenne ne serait pas atteinte, bien entendu, mais que la note pourrait ne pas être "quasi-parfaite" comme le laisserait à penser l'entretien..).

Re: DEC de novembre 2014 : vos impressions

Ecrit le : 16/12/2014 19:57 par Twiggy

Bonjour,

Je suis bien entendu globalement d'accord avec Laurent. Je comprends son degré d'exigence, en lien avec le niveau du diplôme délivré.

Cependant, comparé à un thésard, qui doit également rendre un travail de haut niveau pour valider un Bac+8,je trouve que nous sommes lachés dans la nature. Dès lors que l'on a terminé les journées de formation, si on ne se bouge pas particulièrement, le lien est coupé. C'est assez différent des doctorants. D'ailleurs, combien d'entre eux soutiennent leur thèse et n'obtiennent pas leur doctorat ?

A cela je rajouterai une difficulté supplémentaire, qui rend d'autant plus méritants ceux qui décrochent le diplôme : les candidats n'ont généralement pas 23 ans et ont souvent une vie de famille. Ne me dites pas que vous ne connaissez pas des gens autour de vous qui auraient fait de bons experts-comptables mais qui ont abandonné l'idée de passer le DEC à cause du mémoire. Certes, il faut faire des sacrifices pour réussir, mais à mon sens, il y a un certain nombre de carrières gâchées.

Ce que je veux dire, c'est que je trouve normal d'attendre des candidats qu'ils rendent un mémoire de qualité dans lequel ils se sont investis. En revanche, les moyens pour l'écrire ne sont pas donnés à tout le monde et ce n'est pas qu'une question de volonté.

Cordialement

Re: DEC de novembre 2014 : vos impressions

Ecrit le : 17/12/2014 23:28 par Conex33

Bonjour,

Il ressort des divers postes de vives réactions quant à l'épreuve n°3 du DEC.

Voici quelques réflexions que j'ai pu entendre ou lire ici et là qui méritent probablement qu'on s'y intéresse :

  • Le mémoire est pondéré d'un coefficient 4 et d'une note éliminatoire à 10. De ce fait, le DEC repose presque exclusivement sur cette épreuve. Quelqu'un a-t-il déjà entendu qu'un candidat repasse X fois les écrits après avoir validé l'épreuve n°3 ?
  • Les écrits sont anonymes. En revanche le mémoire déposé plus de 4 mois avant les résultats comporte votre nom et votre adresse.
  • Il n'existe aucune grille de notation. De ce fait, les examinateurs peuvent faire varier la note de 6 à 15 sans rencontrer d'obstacle, tout mémoire pouvant être estimé excellent par une personne et médiocre par une autre en fonction de leurs attentes, de leur expérience, de leur culture et de leur sensibilité.
  • A entendre les impressions à la sortie de la soutenance, certains ont passé un moment "confraternel" alors que d'autres ont vécu un véritable enfer pendant 45 minutes. Dans ce dernier cas, il restera au mieux le souvenir d'un "bizutage", au pire cela marquera la fin de l'aventure car les mémorialistes profondément humiliés auront du mal à s'en remettre ! Pour quelles raisons ajouter à la déception, l'humiliation ?
  • Certains se vantent d'avoir écrit leur mémoire en quinze jours après avoir passé un week-end sur leur notice. D'autres auront passé plus de 1 000 heures. Et pourtant, rien ne semble démontrer que les notes sont corrélées avec la quantité de travail fourni, en tout cas pour l'obtention de la moyenne.
  • A force de se focaliser sur les outils, des mémorialistes n'hésitent plus à diffuser des outils "cabinet" sans l'accord préalable de leur hiérarchie, ce qui ne va pas sans soulever quelques problèmes parfois juridiques mais surtout éthiques. En outre, d'aucuns pourraient légitiment s'interroger sur la paupérisation intellectuelle d'une partie de la bibliothèque de la profession à partir du moment ou l'outil prend le pas sur la réflexion.

Personne ne semble douter de l'utilité de cette épreuve. Cependant, au vu des personnes très brillantes sur le plan professionnel mais non diplômées que nous côtoyons et d'autres beaucoup moins méritantes mais diplômées, il paraît légitime de s'interroger sur la pertinence du "filtre". Près d'1 stagiaire sur deux ne sera jamais diplômé.

La critique est par nature facile, n'est-ce pas ? Alors faire quoi de mieux en attendant ?

Cordialement,

Michaël

Re: DEC de novembre 2014 : vos impressions

Ecrit le : 18/12/2014 09:38 par Pierre352a
Message édité le 18/12/2014 09:59 par Pierre352a

Bonjour tout le monde et bonjour Conex33,

J'abonde dans votre sens et les remarques que vous soulevez sont très pertinentes à mon sens.

Je reprendrai en particulier le passage sur la "subjectivité" de la soutenance.

En effet, selon le profil de chaque examinateur, les notes peuvent varier du simple au triple, et cela se vérifie dans les tous les oraux qui peuvent exister et quel que soit le niveau de l'examen ( de la première à bac + 8 ).

L'absence d'un barême minium de notation est, à mon sens, un manque dans le déroulement des épreuves orales.

Non pas que le seul travail sur la mise en forme, par exemple, d'un mémoire où le candidat a fourni un gros travail et restitué un "beau" mémoire doive être suffisant à atteindre la moyenne, mais que cela soit néanmoins "pris en compte".

Tout le monde n'a pas non plus des capacités oratoires de talent face à un jury ( d'autant plus avec le stress et la fatigue accumulés ) : cela implique-t-il que le candidat ne pourra jamais être un bon professionnel ?....pour ma part, je connais des personnes qui ne sont pas très "à l'aise" oralement mais qui pourtant, sont de brillants professionnels et mériteraient amplement, à mon sens, le Titre, mais ont abandonné l'idée de présenter à nouveau le diplôme suite à de cuisants échecs.

Je lis parfois que la soutenance permet ainsi de "jauger" les capacités orales d'un candidat et se projeter, d'une certaine façon, dans ses futures relations, conflictuelles en particulier, avec la clientèle et d'en déduire s'il sera ou pas un bon professionnel.

A cela, j'aurais deux choses à objecter :

- La première, c'est que cet argument est totalement restrictif : notre quotidien n'est pas non plus jalonné de conflits, fort heureusement. Pour ma part, j'exerce depuis 12 ans ( parti du "bas" de l'échelle ) et je n'ai souvenir que d'un seul "conflit" avec un client, et qui n'était même pas d'ordre "professionnel" mais "relationnel" ( et même pas avec le client directement mais avec une tierce personne dans l'entreprise qui a semé la zizanie entre lui et le cabinet qui m'employait à l'époque ).

- La seconde, c'est qu'il est impossible de "jauger" ces choses sur une soutenance : à savoir, comment être capable de dire "ce ne sera pas un bon professionnel" à l'issue d'un entretien de 45 minutes, dans le cadre d'un examen de haut niveau, avec un candidat stressé, fatigué ( et qui en perdrait son argumentation ) à moins de ne s'appeler Patrick Jane dit " Le Mentalist " ( pardonnez cette petite touche d'ironie mais je ne pouvais passer à côté ).

Et dans les oraux, très souvent, plus le candidat perd pieds, plus les examinateurs ont tendance à mettre la pression et en arriver à des conclusions "négatives", au lieu, et là c'est de la pédagogie, de l'aider un tant soit peu à remonter en selle.

Dans un cabinet, on travaille souvent en équipe, et pour ma part, si un collègue a des soucis, je fais tout mon possible pour l'aider, je ne lui enfonce pas la tête sous l'eau....

Se trouver face à son client au cabinet et se trouver face à un jury dans le cadre d'un examen sont deux situations aux antipodes l'une de l'autre, et les conclusions tirées de la seconde ne peuvent être transposables à la première, ce serait un non-sens.

La soutenance n'a pas vocation, de mon avis, à "profiler" un candidat, il a des spécialistes pour cela.

Enfin, la subjectivité peut atteindre son paroxysme quand ( et cela arrive bien plus qu'on ne le pense ) le candidat a simplement une tête qui " ne revient pas " au jury....( j'ai en particulier une amie à ce jour diplômée et qui, lors de sa première soutenance a presque été humiliée et qui, lors de la seconde, a obtenu un 13/20 après ce que j'oserai appeler une "vraie" soutenance par des jurys "non complaisants mais objectifs" comme elle s'est plu à me le dire ).

Cordialement.

Pierre

Re: DEC de novembre 2014 : vos impressions

Ecrit le : 18/12/2014 11:51 par Twiggy
Message édité le 18/12/2014 11:51 par Twiggy

Bonjour,

La discussion est très intéressante et reflète à mon avis la pensée de bon nombre de candidats.

Pour moi deux questions se posent :

- une sélection doit-elle s'opérer à ce niveau là, c'est à dire en fin de parcours ?

=> celle-ci n'a-t-elle pas déjà été faite en amont, au niveau du DSCG ?

- le mode de sélection est-il pertinent ?

=> les critères étant essentiellement, hormis la volonté, d'avoir la possibilité matérielle de se dégager du temps pour se consacrer à la rédaction du mémoire et d'être bon orateur.

Bien cordialement

Re: DEC de novembre 2014 : vos impressions

Ecrit le : 18/12/2014 19:12 par Pierre352a
Message édité le 18/12/2014 19:15 par Pierre352a

Bonsoir Twiggy,

- La sélection a certes déjà eu lieu auparavant sur le plan du "bachotage", mais néanmoins, une épreuve orale "de conclusion de parcours" reste nécessaire à mon avis, dès lors qu'elle est menée objectivement et selon certains critères qualitatifs bien déterminés et respectés.

- Quant au mode de sélection, il n'est certes pas évident, lorsque l'on a plus qu'une seule vie d'"étudiant", de préparer la rédaction d'un mémoire.

Ceci étant, le choix d'une session reste "libre" : à l'obtention d'un 4.1, on dispose de 4 sessions ( 2 ans donc ) pour rédiger son mémoire. Même si, matériellement, il n'est pas toujours évident de s'y consacrer lorsque l'on doit déjà jongler entre vie professionnelle et vie de famille, un période de deux ans pour aboutir me paraît néanmoins suffisante.

Concernant les qualités d'orateur, il faut également en avoir ( sans pour autant qu'il soit exigé que l'on soit capables de rivaliser avec les ténors du barreau, nous passons le DEC, pas le diplôme d'avocat ^^ ).

Et pour défendre son travail oui, mais pour devoir SE défendre, ça ne devrait pas se produire.......

Cordialement.

Pierre.

Re: DEC de novembre 2014 : vos impressions

Ecrit le : 19/12/2014 07:28 par Twiggy

Bonjour Pierre 352a,

Nous ne nous sommes pas compris : je n'ai jamais dit que je suis contre l'épreuve du mémoire. Au contraire, je la trouve nécessaire. Je mets juste un bémol sur le fait qu'elle se révèle avoir un effet sélectif : je ne pense pas que cela devrait être le cas arrivé à ce niveau d'études, comme cela se fait dans la plupart des autres filières, je fais allusion aux médecins mais aussi aux docteurs en général.

Et, la sélection étant, je me demande si elle est bien optimale, constatant la qualité professionnelle de personnes autour de moi qui ont laissé tomber la rédaction du mémoire. Pour moi, ces mêmes personnes, plus accompagnées, auraient du réussir.

Bien cordialement.

Re: DEC de novembre 2014 : vos impressions

Ecrit le : 19/12/2014 09:17 par Christophesecca

Bonjour Twiggy,

Personnellement je ne trouve pas l'épreuve du mémoire sélective dans le sens où le pourcentage de réussite est relativement élevé. Elle reste néanmoins une épreuve éprouvante et difficile.

La thèse de médecine est selon moi un cas spécial dans le sens où elle n'est qu'une formalité, tous les internes qui soutiennent leur thèse sont sûrs à 100% d'etre titulaire de leur doctorat, d'ailleurs le jour où ils soutiennent leur thèse, ils invitent tous leurs proches pour célébrer ce moment ensemble, une fête est organisée à la fin de la soutenance et leur prestation de serment se déroule à la fin de leur soutenance...

Si tu veux calquer le cursus de l'expertise comptable sur celui de médecine, alors il faudrait appliquer une séléction encore plus accrue au niveau du DSCG de telle sorte que tous stagiaires soient experts-comptables in fine ; mais alors dans ce cas le diplôme qui aurait une valeur et qui serait reconnue serait le DSCG et non le DEC...

Cordialement

Christophe

Twitter   Facebook   Linkedin

Pour poster un nouveau message, vous devez vous enregistrer en tant que membre ou vous connecter à votre compte.
L'inscription est rapide et gratuite !

Inscription nouveau membre   Connexion

Perte de nom d'utilisateur   Perte de mot passe
ESCG