INES

DCG et DSCG en candidat libre : comment s'organiser ?

Article écrit par (1409 articles)
Modifié le
36 513 lectures
#DCG #DSCG : quelques conseils  pour mémoriser vos cours

Le candidat libre qui se lance dans l'apprentissage pour obtenir un diplôme tel que le DCG ou le DSCG, le fait parfois après plusieurs années de pause. Sa vie professionnelle et familiale est souvent bien remplie et il ne sait pas toujours comment s'organiser. Parfois, il reprend des études sans jamais avoir eu l'occasion de faire des études supérieures.

Reprendre ses études n'est pas toujours simple. Il faut beaucoup de motivation au départ mais il faut surtout être capable de maintenir cette motivation pour travailler régulièrement. De plus, les exigences des enseignants dans un cursus de niveau licence ou master diffèrent sensiblement de ce qui peut être attendu d'un élève au lycée.

Terminé l'accompagnement des années lycées, où l'enseignement était suffisant pour avoir son examen. Terminé aussi l'étalement automatique de la charge de travail entre les cours, les exercices et les devoirs. Le candidat libre doit trouver sa propre organisation.

Chaque candidat libre en DCG ou DSCG adaptera ces quelques lignes, en fonction de ses capacités de travail et de ses affinités.

 

Les conditions de l'inscription en candidat libre

Passer le DCG en candidat libre n'est possible qu'à condition d'être titulaire du baccalauréat ou de l'un des titres ou diplômes jugés équivalents par les textes.

Passer le DSCG en candidat libre n'est possible qu'à la condition d'être titulaire du DCG, d'un diplôme avec le grade de master ou de n'importe quel diplôme qui dispense de l'intégralité des épreuves de DCG.

Le diplôme de comptabilité et de gestion et le diplôme supérieur de comptabilité et de gestion permettent une inscription en candidat individuel. C'est valable pour les 3 diplômes de la filière (expertise comptable).

 

Aborder un cours ou un ouvrage

Les ouvrages présents dans le commerce ont un inconvénient majeur (sans préjuger de leur qualité) : ils ne permettent généralement pas de distinguer l'essentiel de l'accessoire.

Leur contenu devra être assimilé au fur et à mesure. Lorsqu'une matière est particulièrement difficile ou loin des affinités du candidat, il sera parfois utile d'acquérir un second ouvrage. Deux formulations différentes, dans deux manuels différents, permettent souvent de mieux comprendre.

Avant de commencer en tant que candidat libre : utiliser les fiches pour repérer l'essentiel

En cours, un enseignant insiste sur les éléments importants. Son intonation, sa manière de se répéter ou non, d'insister sur certains éléments plutôt que d'autres, permettent à l'étudiant de distinguer ce qui est vraiment important.

Le candidat libre n'a pas cette chance. Il n'a souvent qu'un ou plusieurs ouvrages en fonction de son budget.

Les fiches de cours disponibles dans le commerce et rédigées par des enseignants permettent de limiter cet inconvénient :

  • elles donnent l'essentiel d'un cours ;
  • elles permettent d'aborder un chapitre en ayant déjà un premier aperçu plus global.

Lire ces fiches avant de commencer à travailler permet d'avoir une idée de ce qui est important et de comprendre où les rédacteurs des ouvrages veulent emmener le lecteur.

Lire et assimiler un cours ou un ouvrage : plusieurs méthodes pour le candidat libre

Que l'on choisisse ou non de commencer à travailler avec les fiches pour avoir une idée de ce qui est essentiel ou pas, il est important de lire et d'assimiler l'ensemble des notions.

Cette lecture et assimilation des différents chapitres peut se faire de plusieurs manières et selon plusieurs méthodes. Dans tous les cas, la répétition et le travail régulier sont les clés de cette assimilation.

Faut-il apprendre par coeur ?

La réponse est loin d'être simple. Tout dépend de ce que l'on doit apprendre. Apprendre par c½ur un cours, sans l'avoir compris et assimilé ne sert pas à grand chose. Il sera oublié tout aussi vite et mettra l'étudiant de DCG ou le candidat libre en difficultés pour le DSCG.

Par contre, le vocabulaire de base, les définitions, les noms des auteurs en management, les dates et événements majeurs doivent généralement être appris par c½ur. Ils feront l'objet de questions de cours dans certaines matières à l'examen et permettront d'éviter les contresens.

En effet, apprendre un cours, ce n'est pas l'apprendre par coeur. Si certains éléments doivent être appris par coeur, il faut avant tout s'attacher à comprendre les différentes notions.

A ce niveau (licence ou master), on attend aussi de l'étudiant ou du candidat libre qu'il fasse un minimum de travail personnel en recherchant les termes qu'il ne comprend pas dans un dictionnaire, ou en approfondissant des éléments qui sont au programme, mais pas forcément très développés dans le manuel choisi.

Voici quelques méthodes destinées aux candidats libres en DCG et DSCG :

Méthode 1
Lire l'ouvrage lentement et prendre des notes au fur et à mesure de l'avancement. Cette méthode a l'inconvénient d'être relativement longue et chronophage.

Méthode 2
Lire le chapitre autant de fois que nécessaire, prendre des notes en marge, directement sur le livre, surligner, souligner pour s'approprier son contenu. Lire et relire encore.

Méthode 3
Lire le contenu du chapitre à haute voix et s'enregistrer. Prendre des notes en réécoutant l'enregistrement. Cette méthode a l'avantage de faire appel à l'oreille, comme un cours classique et permet en plus, de réécouter l'enregistrement plusieurs fois, en voiture, dans les transports en commun, etc.

Méthode 4
Utiliser la méthode de la lecture rapide pour lire plusieurs fois le chapitre très rapidement. Prendre ensuite des notes en faisant appel à la mémoire. C'est la méthode la plus difficile parce qu'elle nécessite d'apprendre la technique dite de la lecture rapide ; mais c'est aussi la méthode qui demande le moins de temps, une fois que la lecture rapide est maîtrisée. En revanche, cette méthode nécessite beaucoup de concentration.

Lorsque l'on ne comprend pas un mot ou une phrase

Que ce soit en licence ou en master, les enseignants attendent souvent des étudiants en formation initiale et des candidats libres qu'ils soient capables de rechercher une information par eux-mêmes.

De plus, certains termes n'auront pas forcément le même sens dans le langage courant et dans le « jargon professionnel ». C'est particulièrement vrai en droit.

Il est donc important de se munir d'un dictionnaire, d'un lexique comptable ou juridique et de lire systématiquement les définitions des mots qui peuvent poser problème (ou pour lesquels le doute est permis).

Quelle que soit la méthode choisie, il faudra ensuite relire régulièrement ses notes.

Deux astuces pour mieux mémoriser son cours :

  • relire ses notes juste avant de commencer à travailler, pour faire le lien entre les parties ou chapitres ;
  • relire ses notes le soir, juste avant de se coucher et les relire le lendemain dès le réveil, afin de profiter de l'activité nocturne du cerveau, qui alimente la mémoire à long terme.

 

Un entraînement indispensable : les exercices

Les ouvrages proposent de nombreux exercices corrigés, qui ne servent à rien, s'ils ne sont pas réalisés en situation. L'intérêt des exercices est :

  • de permettre au candidat libre de se familiariser avec la résolution de problèmes proches de ceux de l'examen, c'est autant de stress en moins ;
  • de vérifier que les notions ont bien été comprises et assimilées.

Les exercices permettent aussi de rectifier ses notes, en rajoutant des éléments importants qui auraient été considérés comme secondaires sans eux. L'objectif est de faciliter les révisions. Il faudra donc :

Étape 1
Se mettre en situation et faire l'exercice sans regarder le corrigé.

Étape 2
Rectifier les erreurs en rouge afin de les faire ressortir, et reporter les éléments importants sur ses notes de cours si nécessaire.

Étape 3
Refaire l'exercice quelques jours plus tard, afin d'en vérifier la compréhension.

Étape 4
Au moment des révisions, réviser aussi les exercices ou plutôt, les corrections effectuées en rouge afin d'apprendre de ses erreurs.

Une fois le cours assimilé et à l'approche de l'examen (un ou deux mois avant), commencer à travailler avec les annales permettra d'apprendre à gérer son stress le jour J. L'avantage est :

  • de donner une idée précise de la durée de l'épreuve ;
  • d'apprendre à gérer son temps ;
  • d'avoir un aperçu des sujets récurrents.

En résumé, pour obtenir le DCG ou le DSCG en candidat libre

1/ Découvrir les notions de base de chaque matière, au besoin à l'aide de fiches de synthèse, rédigées par des enseignants. Vérifier éventuellement les termes techniques dans un dictionnaire.

2/ S'attacher à comprendre les différentes notions, les formules de calcul, etc. et les assimiler.

3/ Faire un maximum d'exercices pour vérifier la compréhension du cours ou livre utilisé, et ne pas hésiter à les refaire plus tard, pour vérifier leur compréhension.

4/ Réviser régulièrement les notions à apprendre.

5/ Travailler avec les annales.

Sandra Schmidt

Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.

Twitter   Facebook   Linkedin

INES