DCG, DSCG et DEC : évolutions de la filière de l'expertise comptable

Article écrit par (1362 articles)
Publié le
Modifié le 10/07/2019
15 391 lectures

Les dernières enquêtes du Conseil supérieur de l'Ordre des experts-comptables (CSOEC) constituent le socle de réflexion pour la future réforme du diplôme d'expertise comptable.

Elles donnent également quelques pistes d'amélioration de la filière de l'expertise comptable de manière plus large.

Une seule certitude : les réformes du cursus de l'expertise comptable (programme, pédagogie etc.) pourraient bien s'accélérer.

Dans tous les cas, ce qui suit ne doit pas être confondu avec l'arrêté à paraître pour la session 2020.

La conférence s'est jouée le samedi 15 juin 2019, dans le cadre des Estivales de l'ANECS et du CJEC. Nicole Calvinhac, vice-présidente du CSOEC, présentait les résultats de deux enquêtes menées auprès des experts-comptables stagiaires, mémorialistes et les jeunes diplômés depuis moins de cinq ans.

Il en ressort des difficultés diverses rencontrées par les experts-comptables stagiaires dans le cadre de leur stage, de la rédaction du mémoire ou de la préparation des épreuves mais aussi des besoins de formation et de compétences nouvelles.

Tous ces éléments sont pris en compte dans la réflexion en cours sur la future réforme du diplôme d'expertise comptable et plus largement, dans les futures réformes de la filière de l'expertise comptable, y compris du DCG et du DSCG.

Les points de douleur des experts-comptables stagiaires et mémorialistes

« Le choix du sujet et la rédaction du mémoire sont probablement les éléments qui posent le plus de problèmes aux experts-comptables stagiaires » commente Nicole Calvinhac. « Beaucoup se font assister dans ce travail par divers intervenants, pas toujours de qualité voire très chers ».

L'apport à la profession, l'originalité du sujet et le lien avec les missions du stage inquiète également nombre de stagiaires. C'est pour cette raison que « le CSOEC envisage de former les examinateurs sur ces sujets pour leur permettre de mieux répondre aux attentes des stagiaires ».

Enfin, le renforcement de l'accompagnement au mémoire et la bibliothèque de sujets sont les pistes d'amélioration les plus souvent citées par les répondants.

Les demandes des experts-comptables stagiaires et mémorialistes

Au-delà du stage d'expertise comptable et des examens, les répondants sont également très demandeurs de compétences nouvelles que sont « les compétences numériques, les compétences business et les soft skills ».

« Le renforcement de ces thèmes dans la formation des futurs experts-comptables fait partie des pistes d'amélioration en cours de réflexion » précise encore Nicole Calvinhac.

Stratégie, management, ventes, marketing, communication et travail en équipe sont réclamés dans l'ordre d'importance. Rappelons qu'à l'avenir, « travailler en équipe entre experts-comptables ou avec ses collaborateurs sera indispensable ».

Les compétences business, ce sont la création et l'organisation de cabinet, la structuration de l'offre, la définition d'une stratégie, le marketing, le développement commercial et la vente etc.

Les compétences soft skills concernent la définition d'une culture d'entreprise, gestion des ressources humaines, relation client, entretien de recrutement, gestion du temps, gestion des conflits etc.

Les compétences numériques sont le digital, la création d'un écosystème de partenaires, l'exploitation de la data, les nouvelles tendances comme l'IA, la blockchain.

Quelques pistes d'amélioration en cours de réflexion pour le stage d'expertise comptable

Les pistes d'amélioration proposées à la suite des enquêtes menées auprès des jeunes professionnels sont relativement nombreuses. À ce stade, il ne s'agit que de réflexions pour une modernisation du diplôme dans les délais habituels d'entrée en vigueur des réformes, qui peuvent prendre quelques années. Ce n'est donc pas pour demain.

L'une des propositions principales est le renforcement de l'accompagnement au mémoire et peut se faire de diverses manières :

  • augmenter le suivi par le tuteur/contrôleur de stage (meetings, appels...) ;
  • renforcer la formation présentielle sur le choix du sujet, la méthodologie de l'épreuve, la demande d'agrément ;
  • créer une étape supplémentaire, avant la demande d'agrément pour valider le sujet ;
  • anticiper la rédaction du mémoire en cours de stage ;

Concernant l'épreuve de révision légale, il s'agit de :

  • préparer davantage au contenu et à la méthodologie de l'épreuve ;
  • prévoir des examens blancs en région.

Les autres propositions d'amélioration, toujours en cours de réflexion pour rappel sont plus diverses. Il s'agit :

  • d'améliorer le process de soutenance ;
  • créer une plateforme de pilotage pour les contrôleurs de stage avec des outils pour améliorer l'accompagnement au mémoire ;
  • dématérialiser les supports de révision légale et contractuelle des comptes sur liseuse numérique ;
  • permettre aux stagiaires de déposer leur mémoire sur une plateforme électronique ;
  • proposer des cours optionnels en plus du socle commun ;
  • généraliser les jeux de rôle et faire intervenir des experts.


Vers une réforme plus profonde que les programmes pour la filière de l'expertise comptable dès le DCG ?

Parmi les pistes d'amélioration précédentes, certaines pourraient impacter le DCG et le DSCG puisque ces deux diplômes constituent « la base de la connaissance » pour le DCG et un approfondissement pour le DSCG.

Ainsi, « la formation et la pédagogie de la formation doivent être repensés et ce, dès le DCG et DSCG » estime Nicole Calvinhac.

Il s'agit de faire évoluer la manière d'apprendre et le type d'examen pour aider les futurs professionnels à utiliser leurs connaissances pour le métier de demain.

Là encore, ce ne sont que des pistes de réflexion à ce stade.

_____________________________


Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.