Comptalia

CV : les mensonges les plus fréquents

Article écrit par (144 articles)
Modifié le
1 597 lectures
Quels sont les mensonges récurrents sur les CV ?

Le CV fait partie du dossier de candidature que les recruteurs regardent attentivement. Ce document permet aux candidats d'être sélectionnés pour un entretien. Certains n'hésitent pas à modifier ou réinventer la vérité. Découverte des mensonges possibles sur les CV.

Dissimuler une période d'inactivité

Afin de taire une durée d'inscription au chômage, certains candidats préfèrent changer les dates de leurs postes. Ainsi, rien de tel que de rallonger la durée d'un des emplois pour ne pas avoir de trou sur le CV. Une période d'activité attire toujours l'attention du recruteur et une explication est demandée par celui-ci afin de comprendre la raison. Ce mensonge n'est pas grave en soi mais peut paraître, au goût du recruteur s'il s'en rend compte, de la supercherie.

Si le recruteur demande des personnes de référence et souhaite les contacter, il sera facile pour lui de vérifier les dates de la présence du candidat dans l'entreprise.

De plus, il n'est pas interdit de s'arrêter de travailler pour éduquer ses enfants, pour reprendre des études ou suivre un projet personnel. Le recruteur s'intéressera à cette période d'inactivité professionnelle et ne se bloquera pas. Si c'est le cas, c'est que l'entreprise n'est pas faite pour le candidat.

 

Gonfler la formation et les diplômes

Certains n'ont pas froid aux yeux et vont se rajouter un diplôme qu'ils n'ont pas obtenu. Souvent le candidat pense qu'en inventant une formation réussie d'une grande école ou d'une université lui permettra de gagner des points lors de l'entretien. C'est un des mensonges les plus courants sur les CV.

Attention toutefois car il est simple pour le recruteur de vérifier si une personne est passée dans telle ou telle école. Il lui suffit de contacter l'école en question et de se renseigner sur la véracité des propos.

« Quand vous avez menti sur votre CV en disant que vous aviez de l'expérience en tant que chien de berger... »

 

Remodeler les expériences professionnelles

Il n'est pas rare que des candidats s'attribuent des responsabilités et des missions qu'ils n'ont évidemment pas traitées. Exagérer les tâches réalisées et les profils de poste précédents est courant et il s'agit de la section du CV la plus propice au mensonge. Combien de managers se sont dits spécialistes de marketing par exemple. Ou un salarié qui a pris le grade de responsable d'équipe et s'attribue toutes les notions de management.

Même si le recruteur peut passer à côté de la vérité pendant l'entretien de recrutement, le candidat doit savoir que son CV va le poursuivre tout le long de sa carrière dans l'entreprise. Autant un diplôme non obtenu peut être acceptable, qu'une expérience professionnelle non vécue ne passe pas inaperçue.

 

Mentir sur la fin de contrat d'un précédent employeur

Il ne faut pas se voiler la face, la fin d'un contrat ne se passe pas toujours dans les meilleures conditions. Et pour certains, cela peut se passer tellement mal que retrouver un emploi peut s'avérer compliqué. Il y a toujours une manière pleine de tact d'expliquer pourquoi le dernier emploi s'est terminé. Le mensonge n'est pas la solution. Avec une recherche et une bonne préparation, le candidat peut trouver une manière créative d'expliquer la fin d'un contrat de travail.

 

Se découvrir des talents linguistiques

Le niveau d'anglais qui passe au niveau supérieur, de A2 à C1, entre le niveau réel et ce qui est inscrit sur le CV. Ou penser qu'il peut être pertinent de rajouter une notion d'italien ou d'allemand. Gonfler les compétences linguistiques est une pratique assez répandue.

Attention toutefois car il est très facile au recruteur de vérifier le niveau des langues s'il est lui-même à l'aise. Surtout si le recruteur propose de continuer l'entretien en anglais ou en allemand si le candidat a précisé sur son CV être à l'aise dans ces langues. Ces notions de langue peuvent être demandées dans le job pour lequel le candidat a postulé. Il n'est pas pire situation que de se retrouver confronté à son propre mensonge. Regardez plutôt cette vidéo qui explique ceci !!

« Quand vous avez menti sur votre CV en gonflant vos compétences linguistiques... »

 

Se créer des hobbies

Les hobbies étant la partie la plus informelle du CV, les candidats trouvent judicieux de gonfler des capacités en sport pour montrer leur côté du goût du challenge, par exemple. Ou d'inventer des passions qui peuvent bien paraître aux yeux du recruteur. Cela peut sembler bien d'être à un haut niveau de sport, de pratiquer de manière assidue un instrument de musique ou participer au développement d'une association caritative. Le problème est si le recruteur dispose des mêmes passions. Le candidat ne risque pas d'échouer à son entretien avec ce type de petit mensonge bien plus anodin que ceux cités ici. Toutefois, l'image qui est renvoyée risque d'être extrêmement négative. Si le candidat a menti sur ce point, sur quoi d'autre a-t-il pu mentir sur son CV ?...


Adeline Rocci

Adeline Rocci
Rédactrice passionnée par les ressources humaines et la vie en entreprise

Twitter   Facebook   Google Plus   Linkedin

Comptalia