Covid-19 : conséquences sur l'emploi à fin mars 2020

Article écrit par (1623 articles)
Modifié le
1 592 lectures

Une enquête flash a eu lieu entre le 1er et le 10 avril 2020 sur la situation et les conditions de d'emploi de la main d'œuvre à fin mars. La Dares, avec l'appui de l'Insee, a interrogé les entreprises de 10 salariés et plus du secteur privé non agricole.

Plusieurs enseignements sont à tirer de cette étude qui concerne les premières semaines du confinement. La moitié des salariés des entreprises salariés et plus se trouvent dans une entreprise dont l'activité s'est arrêtée ou a diminué de plus de la moitié.

Les entreprises ont rarement procédé à des licenciements.

Les effets de la crise sanitaire varient fortement en fonction des secteurs d'activité ou encore de la taille des entreprises.

Selon cette étude de la Dares, 20% des salariés ont vu l'activité de leur entreprise s'arrêter, 32% l'ont vu baisser de plus de la moitié. Les raisons de la mise en activité partielle sont aussi très différentes d'une activité à l'autre.

Les conséquences de la crise sanitaire en fonction du secteur d'activité concerné

Tous les secteurs ne sont pas concernés de la même manière pour la crise sanitaire. Certaines activités très touchées par les arrêts d'activité ou les diminutions de plus de 50% peuvent atteindre des chiffres impressionnants avec jusqu'à 96% des salariés des entreprises fortement impactées.

Parmi ces secteurs se trouvent l'hébergement et la restauration, la fabrication des matériels de transport (92% des salariés), la construction (87%), les services à cause des arts, spectacles et activités récréatives (90% dont 66% à l'arrêt), les produits industriels (59%) et le commerce (51% des salariés).

De rares entreprises ont vu leur activité augmenter alors même que plus de la moitié des entreprises du secteur étaient fortement impactées. L'augmentation touche un pourcentage très restreint des salariés.

Les causes de la diminution de l'activité

Les trois causes principales de diminution de l'activité des entreprises sont la perte de débouchés, les fermetures administratives et les difficultés d'approvisionnement. Ces éléments touchent près de 85% des salariés.

La diminution d'activité n'est liée au manque de personnel que pour 15% des salariés.

Enfin, les principales difficultés concernent, toujours selon cette étude, la gestion des questions sanitaires (masques, distances de sécurité ...) dans 62% des cas, loin devant les aspects financiers et les difficultés d'approvisionnement avec 34% et 28%.

Les conséquences de la crise sanitaire sur les entreprises en fonction de leur taille

L'étude de la Dares montre aussi que les entreprises ne sont pas toutes touchées de la même manière.

Entre 29,30% et 38,90% des salariés de 10 à 19 salariés et de 20 à 49 salariés sont touchés par la fermeture de l'entreprise. Ils ne sont plus que 10,6% dans les entreprises de 500 salariés et plus.

En revanche, dès que l'on parle simplement de baisse du chiffre d'affaires, les écarts sont beaucoup moins nets.

On constate toutefois que les salariés des entreprises moyennes entre 50 et 99 salariés sont plus souvent concernés par une augmentation de leur activité avec un taux de 6,70% contre 2,90% entre 10 et 19 salariés.

Enfin, lorsque les entreprises ont été obligées ou ont choisi de diminuer leurs effectifs, cette diminution s'est traduite par une annulation ou un report des embauches dans 51,30% des cas et un non-renouvellement de CDD dans 48,50% des cas. Les licenciements et ruptures conventionnelles sont les plus rares (1,50% et 3,90%).

_____________________________


Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.