*Paies : contrôle du bulletin de paie en fin d'année
CEGID

Paies : contrôle du bulletin de paie en fin d'année

Contrôle bulletin de paie
Article écrit par Schmidt Sandra sur Twitter Schmidt Sandra sur LinkedIn (1623 articles)
Modifié le
30 440 lectures
Dossier lu 714 226 fois

Le contrôle des bulletins de paie est une tâche bien connue des gestionnaires de paie. Effectuée tous les mois, trimestres, en fin d'année ou dans le cadre d'un audit de paie dédié, il s'agit de calculer les cotisations et contributions sociales au plus juste.

Effectué avant la fin de l'année et la dernière DSN, le contrôle du bulletin de paie peut concerner les rémunérations et avantages des salariés, la réduction générale de cotisations patronales ou réduction Fillon ou encore le calcul de certaines cotisations patronales.

C'est aussi l'occasion de vérifier que le plafond de Sécurité sociale a été correctement calculé.

Faire des paies tous les mois nécessite aussi d'en vérifier la conformité par rapport au droit du travail et de la Sécurité sociale.

Si ces contrôles ne sont pas effectués tous les mois ou trimestres, il est d'autant plus important de faire au moins un contrôle annuel. Certains cabinets les font déjà avant chaque DSN.

 

Pourquoi faire un contrôle des bulletins de paie ?

Plusieurs raisons peuvent expliquer une différence entre les cotisations payées et les cotisations dues. En voici quelques exemples :

  • une paie a été ajoutée ou modifiée après le paiement des cotisations sociales (et parfois même après l'envoi de la DSN) ;
  • le profil du salarié a été mal paramétré (exemple : l'assurance chômage apparaît sur la paie d'un dirigeant) ;
  • des éléments ont été oubliés : congés payés, avantages en nature ;
  • des primes n'ont pas été soumises à cotisations sociales.

Une vérification annuelle permet ainsi d'éviter de provoquer des contrôles de l'URSSAF, par exemple :

  • lorsque le SMIC Fillon déclaré sur la DSN pour chaque salarié ne permet pas de retrouver la réduction Fillon globale, déduite par l'entreprise ;
  • lorsque les comptes 421 sont débiteurs et qu'un contrôle fiscal permet à l'URSSAF d'en être informé.

En s'y prenant tôt, on évite aussi d'avoir une régularisation trop importante en fin d'année. 

L'exemple type est la réduction Fillon annuelle qui donne lieu à des régularisations au moment du départ du salarié. Elles ne sont pas toujours bien comprises par les clients.

Enfin, ces contrôles permettent de préparer la ou les dernières DSN de l'année, en limitant parfois les régularisations.

Mettre en place ces contrôles dans le cadre de la gestion de la paie évite bien des surprises en cas de contrôle URSSAF. Au pire, même si les éléments ne sont pas rectifiés, l'entreprise sait à quoi s'attendre.

 

Contrôle du bulletin de paie : les points de contrôle les plus courants

Les principaux points de contrôle en fin d'année concernent les cotisations patronales. Parfois, c'est aussi l'occasion de vérifier que les dispositions des conventions collectives (primes d'ancienneté, 13è mois...) ont bien été appliquées.

Pour rappel, la convention collective applicable dépend de l'activité principale et non du seul code NAF.

Mal paramétré, le logiciel de paie peut proposer un mauvais calcul des cotisations ou de la réduction générale de cotisations patronales. 

De la même manière, certains changements dans les taux de cotisations n'ont peut-être pas été pris en compte par la personne en charge des paies.

C'est possible pour les cotisations accident du travail ou pour les mutuelles et prévoyances. Il n'est pas rare que de nouveaux contrats soient signés en cours d'année ou que l'entreprise fasse constater un changement dans son activité principale. Les bulletins de salaire contiennent alors, à tort, les anciens taux.

Enfin, les heures supplémentaires n'ont peut-être pas toujours été exonérées. Là encore, ce sera le moment de faire vérifier ces informations, parfois en rectifiant le salaire net des salariés.

Voici quelques exemples de contrôles essentiels. 

Le premier contrôle et le plus courant est probablement la vérification du plafond de la Sécurité sociale (PSS). Si le calcul du PSS est désormais mensuel (3 428¤ en 2020), le cumul annuel peut toujours être vérifié.

D'autres contrôles concernent directement les charges sociales et leurs taux. C'est le cas des taux qui changent en fonction du niveau de salaire comme celui des cotisations patronales d'allocation familiale ou les cotisations maladie, maternité, invalidité, décès.

Enfin, une réintégration de certains éléments, en partie exonérés, dans l'assiette des cotisations peut être nécessaire. 

Tous ces exemples font l'objet d'articles dédiés dans le cadre de ce dossier.

Comment vérifier la fiche de paie ?

Pour vérifier sa fiche de paie, il faut se munir de son contrat de travail et de la convention collective. L'étape suivante consiste à vérifier :

  • les taux ;
  • les assiettes de cotisations ;
  • les exonérations ;
  • le prélèvement à la source etc.

Sandra Schmidt

Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.

Twitter   Facebook   Linkedin

AMPLI MUTUELLE