CEGID

Charles-René Tandé s'engage sur la réforme des retraites

Le CSOEC prendra part aux négociations, en coordination avec les syndicats
Article écrit par Schmidt Sandra sur Twitter Schmidt Sandra sur LinkedIn (1608 articles)
Modifié le
3 485 lectures

Deux avant-projets de loi de réforme des retraites ont été envoyés au Conseil d'État et aux partenaires sociaux, il y a tout juste quelques jours, le 9 janvier 2020.

Si le premier projet de loi organique concerne les organes de l'État, le second comprend 64 articles et supprime purement et simplement les régimes autonomes via son article 51.

À l'exception des métiers du transport qui ont obtenu un certain nombre de concessions, y compris le maintien d'une caisse de retraite dédiée aux personnels navigants par exemple, ils reprennent l'essentiel des préconisations du rapport de Jean-Paul Delevoye.

C'est pour cette raison que le président de l'Ordre des experts-comptables, Charles-René Tandé, s'est exprimé sur la réforme des retraites, dans le cadre de ses v½ux, adressés à la profession le 14 janvier 2020.

 

« Notre revendication est simple, et ne mérite pas de sarcasmes : ne pas être punis pour avoir bien géré »

La réforme des retraites à venir est loin de faire l'unanimité et les revendications des différentes professions impactées divergent.

Malgré cela, de nombreux professionnels estiment « qu'une réforme est nécessaire » comme l'explique Charles-René Tandé.

Après avoir écrit au Premier ministre, « en lui rappelant que si le régime de retraite autonome des experts-comptables était excédentaire, c'était la conséquence d'une gestion responsable et d'un âge pivot à 65 ans », il n'obtiendra pas de réponse.

La réponse n'aura été qu'une « petite phrase dans le journal de 20h, dimanche soir, comparant la pénibilité du travail des couvreurs à celui des experts-comptables », phrase qui fera réagir de nombreux professionnels sur les réseaux sociaux.

« Je pense que nous méritons mieux que cela, d'autant plus que nous n'avons jamais revendiqué quoi que ce soit sur cette question de pénibilité » poursuit Charles-René Tandé dans le cadre de son discours à la Profession.

« Notre revendication est simple : ne pas être punis pour avoir bien géré ».

 

« Je comprends la colère des experts-comptables »

Après des mois de négociations entre le gouvernement et les syndicats et face à ce qui semble être l'absence d'ouverture aux négociations du gouvernement, certains professionnels ont appelé au boycott des comptes de campagne dans le cadre des prochaines élections municipales.

L'objectif est de se faire entendre aussi bien que d'autres professions qui ont un pouvoir de blocage et semblent obtenir des concessions.

Le président du CSOEC « comprend l'agacement voire même la colère des confrères qui se demandent aujourd'hui ce que fait l'Ordre », surtout après avoir constaté l'action permanente et forte du CNB.

Malheureusement, « les Ordres - et le CNB n'en est pas un - n'ont pas été reçus par les ministres ».

Espérant qu'il « reste un espace de négociation », dans lequel « l'Ordre prendra toute sa part, toujours en lien et en coordination avec les syndicats », il s'engage à « porter une seule et même position » au profit des experts-comptables.

Sandra Schmidt

Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.

Twitter   Facebook   Linkedin

AMPLI MUTUELLE