WELYB

Cession d'actif, VNC et incidence économique

7 réponses
7 696 lectures
Ecrit le : 25/03/2006 19:09 par Lepervier
Bonjour,

Je me permets de vous écrire car la comptabilité retrace avant tout une activité économique et son fonctionnement doit, à mon sens, toujours être en rapport avec cette dernière. Or sur ce sujet, les opérations d'ordre me posent des problèmes de compréhension.

En matière de cession d'actif, les écritures passées au 675, 775, 28 et 21 vont avoir une incidence sur le résultat comptable qui sera lui-même affecté dans les classes 1. Mais pourtant la conséquence économique d'une cession d'actif va parfois à l'encontre de ce schéma. Par exemple :

Lors d'une cession d'un bâtiment, le prix payé par l'acheteur va générer un flux de trésorerie positive au 512. Donc économiquement cela est favorable à l'entreprise.

Or dans le même temps, si la VNC est supérieure au prix de vente l'opération cela va se traduire par une moins-value.

A partir de là, on peut toujours expliquer que l'entreprise n'a pas assez amortie ce bien et que cela se traduit par un appauvrissement mais pour un néophyte cela ne "parle pas". De même, comment expliquer que les amortissements passés annuellement lui permettront de faire face au renouvellement ?.

Ma reflexion peut vous paraître hors sujet mais j'ai essayé de rechercher sur le net des titres d'ouvrages sans réussite. Si quelqu'un peut essayer de m'aider sur ce sujet. Merci

Re: Cession d'actif, VNC et incidence économique

Ecrit le : 26/03/2006 11:38 par Maxime soulignac
En ce qui concerne les amortissements, je dois reconnaître qu'il n'est pas toujours évident de saisir le concept, mais toi qui parle (d'ailleur peut être avec confusion) de comptabilité et de flux de trésorerie, tu devrais comprendre.

Je vais prendre un petit exemple simple pour essayer d'illustrer mon explication.

Imagines une entreprise qui vend des marchandises pour 100 euros et qui achète une machine pour 100 euros dont la durée d'utilisation sera de 5 ans(opérations réalisées fin N).

En N, en compta elle aura un bénéfice de 100 euros. En revanche, en terme de flux de trésorerie, elle aura un solde financier nul (encaissement 100 euros, décaissement 100 euros)

En N+1, elle revend pour 100 euros. Elle dote également une dépréciation de son actif (le terme amortissement étant censé ne plus exister).
Son résultat comptable est de 80 euros, mais sa trésorerie a bel et bien augmenté de 100 euros car la dotation n'est pas un flux.
L'entreprise ne peut distribuer que 80 euros en N+1 (elle ne peut distribuer plus que le résultat, sauf à distribuer des réserves). Or elle a gagné 100 euros.
La différence de 20 euros constitue donc une réserve non distribuable qui au bout de 5 ans permettra de renouveler son matériel productif.

J'espère que j'ai été clair.

En ce qui concerne ta question sur la cession, j'avoue que jene comprends pas trop là où tu veux en venir.
De plus les nouvelles normes en matière d'amortissement rendent obligatoire la prise en compte du prix de cession éventuel pour le calcul de l'amortissement.
Comptablement (mais pas fiscalement) les amortissements sont donc calculés sur le coût d'acuqisition du bien diminué du prix de cession éventuel (s'il peut être déterminé de façon suffisamment fiable).
Au moment de la cession, il n'y a donc plus de plus ou moins value de cession.

Cordialement.

--------------------
Expert-comptable à Rouen.

Re: Cession d'actif, VNC et incidence économique

Ecrit le : 26/03/2006 20:21 par Lepervier
Bonjour et merci,

Ta démonstration sur les amortissements est très claire. A travers, on comprend bien qu'en retirant 20 chaque année du résultat comptable, on distribue moins de bénéfice, et donc on conserve plus de trésorerie qui à terme permet le renouvellement. Le lien économique pour une entreprise est donc évident.

Pour mon autre question sur les cessions, il faut que je t' apporte quelques éléments supplémentaires. Tout d'abord, même si j'ai évoqué "entreprise", mon problème se pose dans le cadre d'un établissement public. Ensuite, dans ce cadre, il n'y a pas de notion de bénéfice fiscal, ni de distribution de bénéfice. Le résultat comptable positif ou négatif est affecté en fonction de son sens au 110 ou 119 puis repris ou porté au 1068... Enfin, quand je parle de moins value, il s'agit de la différence entre la VNC et le prix de cession ( 675 et 775 )

Donc, lors d'une cession avec moins value importante ( le batiment a été sous-amorti ), comment expliquer que le résultat comptable de l'exercice largement déficitaire et sa reprise sur les réserves aura un impact négatif sur le bilan et sur la marche de l'établissement ?

Le directeur de l'établissement ne voit lui que l'impact positif en matière de trésorerie car le prix de vente sera important.

J'espère avoir été plus clair. La réponse à ce type de problème m'importe beaucoup car même s'il ne s'agit pas d'entreprise privée, il s'agit de comprendre pour mieux gérer l'argent public. On touche là à l'analyse financière. La difficulté lorsque l'on fait de la compta privée, c'est d'expliquer cela tout en retirant les notions d'actionnaires et de bénéfices distribués. Dans tous les cas, merci pour ton intervention très utile.
Cordialement

Re: Cession d'actif, VNC et incidence économique

Ecrit le : 27/03/2006 19:55 par Maxime soulignac
Bonjour Lepervier,

J'ai mis du temps à répondre car ta question m'a non seulement beaucoup intéressé, mais elle m'a aussi posé quelques difficultés !!

J'ai d'abord eu du mal à saisir ce que tu voulais dire, et puis en prenant le temps de la réflexion (j'en ai pris beaucoup !!) j'ai compris.
Comment se fait il que, alors que l'entreprise fait une moins value de cession et qu'elle a un résultat déficitaire, elle s'enrichisse (prix de cession en banque).

J'espère que c'est bien ça, car j'ai passé quelques minutes pour trouver.

Je t'invites donc à prendre un nouvel exemple.
Le 01/01/N, l'entreprise un bilan qui se présente de cette façon.

Banque 100 | Capital 100

Elle fait l'acquisition d'une machine pour 100, amortissable sur 5 ans (on passera sur les nouvelles normes en la matière !).
Elle enregistre donc ces opérations :

D215 100
C512 100

D681 20
C2815 20

Au 31/12/N, son bilan se présente comme ceci :

Immo 100 | Capital 100
Amortissement (20) | Résultat (20)
Banque 0 |

En termes d'analyse financières, l'entreprise s'est appauvrie de 100.
Paradoxe amusant quand on sait qu'elle a acquis un potentiel de production !

Au 31/12/N+1, l'entreprise cède le bien pour 30.
Nous avons donc les écritures suivantes :

D512 30
C775 30

D681 20
C2815 20

D675 60
D2815 40
C215 100

Son bilan est le suivant :

Immo 0 | Capital 100
Amt 0 | Réserves (20)
Banque 30 | Résultat (50)

En termes d'analyse financière, l'entreprise a bel bien engrangé 30 euros grâce un flux positif lié au opérations d'investissement (en l'occurence désinvestissement).
Mais si tu regardes bien le bilan tu t'aperçois qu'elle s'est bel et bien appauvrie car ses capitaux propres sont passés de 80 à 30 euros.
De plus son potentiel de rpoduction a bien diminué.

J'espère que cela répond à ta question.
Je serais très content de poursuivre la réflexion si ce n'est pas le cas.
Si tu connais un peu les tableaux de flux de trésorerie je t'invîte à aller voir ces deux sites que j'ai trouvé en réfléchissant à ta question :
http://decf.descf.free.fr/Gestion_financie...oec/Tabflux.htm
http://c.zambotto.free.fr/

Cordialement.

--------------------
Expert-comptable à Rouen.

Re: Cession d'actif, VNC et incidence économique

Ecrit le : 27/03/2006 21:09 par Lepervier
Bonjour Maxime SOULIGNAC,

Désolé de t'avoir fait cherché, mais tu as bien cerné mon problème. Comment peut-on "s'enrichir" sur son compte en banque tout en appauvrissant les capitaux propres de son bilan ?
J'ai bien suivi ta démonstration qui "parle bien" (j'aurais bien aimé une recette pour la lisibilité du compte de résultat , je fais le difficile ) et j'arrive bien aux mêmes conclusions.

Mais c'est là où dans la vraie vie cela se complique.
Comment expliquer l'impact négatif de la destruction de capitaux propres à quelqu'un qui regarde surtout sa trésorerie. Pour les opérations de fin d'exercice, certaines sont facile à expliquer comme les ICNE ( mon expression favorite " on cristalise les intérêts en dette " ) mais dans ce cas je ne suis pas à l'aise.
Et là en fait on s'attaque à la structure du bilan et je vais être bien obligé de replonger dans l'analyse financière. ( Il y a vingt ans j'étais surtout à l'aise en compta générale et surtout analytique, un peu moins en fiscalité et assez retord à l'analyse financière lorsque j'ai passé mon BTS de comptabilité ).
Je suis allé voir les deux sites. Que vaut le bouquin de Zambotto ( la gestion financière )? Peut-il répondre à ton avis ( si tu l'as lu bien sûr ) à ce genre de problème ?

Dans tous les cas je te remercie de ton aide et n'hésite surtout pas à développer le sujet si tu as des idées.
Cordialement

Re: Cession d'actif, VNC et incidence économique

Ecrit le : 27/03/2006 21:39 par Maxime soulignac
Message édité le 27/03/2006 21:41 par Bozomax
Ne t'inquiètes pas, si j'ai cherché c'est que je le voulais bien.
J'ai trouvé ta question très intéressante,et je suis personnellement un grand amateur de gestion financière (j'aimerais d'ailleurs pouvoir devenir cadre financier puis DAF - on peut toujours rêver !).

J'ai même découvert le paradoxe que tu soulevais en réfléchissant à ta question.

Citation
Comment peut-on "s'enrichir" sur son compte en banque tout en appauvrissant les capitaux propres de son bilan ?


Peut être parce que l'information comptable et financière n'est pas suffisamment claire !
La destruction de valeur qui se traduit par une réduction du potentiel économique de l'entreprise ne peut pas se traduire en chiffres. Du moins pas de manière évidente.
Il existe, en analyse financière, des instruments qui vont au delà de la simple analyse des flux de trésorerie, et qui je pense sont plus pertinents en ce sens qu'ils permettent d'avoir une vision économiques (potentiel productif...).
C'est le cas de l'EVA (economic value added) qui permet de mesurer la création ou la destruction de valeur. Malheureusement, ces outils s'adressent aux actionnaires, et leur conception de la valeur peut être différente de celle du dirigeant ou de celles du capital humain, les salariés !

Citation
j'aurais bien aimé une recette pour la lisibilité du compte de résultat , je fais le difficile


C'est à dire ?!

Citation
Comment expliquer l'impact négatif de la destruction de capitaux propres à quelqu'un qui regarde surtout sa trésorerie.


J'ai envie de dire que l'on ne peut pas !
Cela dit une chose que j'ai apprise en analyse financière, c'est que la trésorerie "ne ment pas" : elle n'est pas biaisé par des options ou des choix comptables.
Celui qui ne jure que par la trésorerie est donc en mesure d'avoir une vision plus efficace que celui qui ne fait que lire le bilan.

Je pense que ta difficulté à expliquer cet appauvrissement vient surtout du fait que tu travailles dans un établissement public, ou la notion de rentabilité est complètement absente.
La comptabilité y est budgétaire, et peu importe les résultats.

Je n'ai pas lu (ni même vu d'ailleurs) le livre de Zambotto. J'ai trouvé ce site intéressant car il proposait une matrice de tableau de flux de trésorerie que je n'avais pas sous la main, et qui m'a aidé à vérifier la validité de l'exemple que je souhaitais te soumettre.

A bientôt.
Maxime

--------------------
Expert-comptable à Rouen.

Re: Cession d'actif, VNC et incidence économique

Ecrit le : 28/03/2006 21:20 par Lepervier
Bonsoir Maxime,

J'ai 'apprécié ta rigueur d'analyse et je pense que si tu continues à chercher et surtout à comprendre, ton rêve ne sera peut-être pas inacessible.

Je partage ton sentiment sur la gestion financière. Essayez de comprendre et d'expliquer le pourquoi des jeux d'écritures et décrypter ainsi la santé de l'entreprise ( partiellement bien sûr ) est très intéressant voire passionnant ( je pousse un peu loin peut-être, quoique... ) quand on a passé l'apprentissage scolaire. Tout se met petit à petit en place. Enfin presque !

Je trouve ta remarque sur la trésorerie excellente :

"Cela dit une chose que j'ai apprise en analyse financière, c'est que la trésorerie "ne ment pas" : elle n'est pas biaisé par des options ou des choix comptables.
Celui qui ne jure que par la trésorerie est donc en mesure d'avoir une vision plus efficace que celui qui ne fait que lire le bilan"

C'est plein de bon sens mais encore faut-il le dire. L'argent ne vient qu'avec une bonne activité, une gestion rigoureuse, et le banquier ne prête qu'à cette condition.

Dommage que d'autres opinions ne se soient pas manifestées sur ce sujet. Si j'ai le temps, j'irais faire le tour des autres post.

Pour :
j'aurais bien aimé une recette pour la lisibilité du compte de résultat , je fais le difficile . C'était juste que tu parlais de potentiel de production, mais cela n'apportait rien de plus à ta démonstration.

Bon courage et à bientôt peut-être
Cordialement
Fabrice

Re: Cession d'actif, VNC et incidence économique

Ecrit le : 28/03/2006 22:44 par Maxime soulignac
Merci Fabrice pour tes encouragements et tes félicitations.
Si le raisonnement est bon , c'est que la question l'était tout autant.

Je regrette comme toi que personne ne soit intervenu sur ce thème pourtant passionnant et qui change un peu de ce sur les schémas d'écriture de factures avec TVA !
Mais il en faut pour tous les goûts.

Je desespère un peu car je suis encore jeune et je sais que je manque de maturité pour pouvoir accéder à un poste d'encadrement, et que je manque d'expèrience aussi. Mais je sais, sans vouloir être prétentieux que j'ai la carrure pour prétendre, à plus ou moins long terme, à ce genre de poste.

Pour la réflexion sur le fait que la trésorerie ne ment jamais, je dois en accorder tout le mérite à mon professeur de finance. Mais je trouve effectivement que c'est plein de bon sens, surtout quand on a eu la chance d'aborder le thème de la "comptabilité créative" (je vois que les EC qui lisent ce post ont les cheveux dressés sur la tête !). Etant de formation ES, je connais en plus parfaitement l'importance toute relative qu'ont les chiffres (ce qui est un comble pour un comptable). Ce qui est donc important ce ne sont donc pas les chiffres mais les réalités qu'ils traduisent.

J'ai été passionné par la gestion financière car elle permet de mener une analyse sur la situation de l'entreprise que la comptabilité ne permet pas forcément. De plus, elle permet de mettre en évidence des leviers d'actions....bref, c'est une matière que j'ai adoré et qu'il me tarde de pratiquer de nouveau.

J'espère que nous aurons bientôt l'occasion de nous retrouver autour d'un topic, car ils sont rares ceux aussi intéressant que celui que tu as proposé.

A bientôt.
Cordialement.
Maxime

--------------------
Expert-comptable à Rouen.
Twitter   Facebook   Linkedin

Pour poster un nouveau message, vous devez vous enregistrer en tant que membre ou vous connecter à votre compte.
L'inscription est rapide et gratuite !

Inscription nouveau membre   Connexion

Perte de nom d'utilisateur   Perte de mot passe
WELYB