Ateliers du CROEC Paris saison 2 épisode 1: préparer la transformation

Article écrit par (64 articles)
Modifié le
1 125 lectures

Les ateliers de la transformation, c'est reparti ! Le Conseil régional de l'Ordre de Paris-Île de France vient de lancer la saison 2 de cette série de webconférences pour aider les cabinets à développer de nouvelles missions, particulièrement dans le domaine du Full service.

Huit sessions sont prévus entre octobre 2022 et juillet 2023, avec à chaque fois le même format :

  • 1h30 d'atelier, accessible à distance ou dans les locaux du CROEC, 50 rue de Londres à Paris ;
  • des intervenants spécialistes pour une approche résolument pratique ;
  • des conseils méthodologiques et des outils opérationnels (lettre de mission notamment) pour mettre en place concrètement des missions de full service au sein des cabinets.

Cet article résume le premier atelier de la saison, « Préparer la transformation du cabinet », avec l'intervention de Ludovic Melot, associé chez b-ready et Pluriel Consultants et de Virginie Roitman, présidente du Conseil de l'Ordre des experts-comptables d'Ile-de-France.

>> La conférence dans son intégralité est disponible en replay !

>> S'inscrire à l'atelier du 08/11 « Les missions de full service : démarche » (atelier en présentiel ou à distance).

Pourquoi proposer de nouvelles missions ?

Pourquoi les cabinets d'expertise comptable devraient-ils changer leur modèle ? La question mérite d'être posée, quand on voit que 83% du chiffre d'affaires provient de missions « traditionnelles » : tenue et établissement des comptes annuels, révision, paie et travaux annexes, ou juridique courant.


Source : étude Les Moulins « Quels métiers demain ? »


Pourtant, c'est bien parce que le modèle économique de la profession repose presque exclusivement sur ce type de mission qu'il faut penser différemment
. L'automatisation grandissante de la production comptable, qui ne fera que s'accroître à compter du 1er juillet 2024, a deux conséquences majeures :

  • une perte de valeur des missions traditionnelles ;
  • une réduction du taux d'occupation des équipes.

Il va donc falloir compenser cette baisse de chiffre d'affaires, et affecter de nouvelles tâches aux équipes en place. D'autres facteurs doivent encourager les cabinets à aller dans cette direction :

  • les clients sont en attente de toujours plus d'accompagnement et demandent autre chose que des missions déclaratives ;
  • les cabinets, en tant que partenaire de confiance des TPE/PME, disposent de toute la légitimité pour proposer de nouvelles choses à leurs clients ;
  • les experts-comptables et leurs collaborateurs ont presque toutes les compétences pour proposer un accompagnement plus resserré ;
  • la déontologie autorise désormais ce type de nouvelles missions.

Quelles missions développer ?

Alors, vers quelles missions aller ? Le « conseil » de haut niveau n'est pas un bon candidat pour remplacer la tenue et la révision des comptes si l'on raisonne au niveau de la profession dans son ensemble :

  • ces missions sont rarement récurrentes ;
  • elles reposent sur un modèle économique spécifique qui n'est pas celui des cabinets d'expertise comptable ;
  • elles nécessitent des compétences très spécialisées alors que celles des cabinets sont plutôt généralistes.

Il ne s'agit pas ici de dire que les missions de conseil ne doivent pas intéresser les experts-comptables, mais bien qu'elles ne peuvent pas constituer une alternative aux missions « traditionnelles » pour la profession dans son ensemble.

C'est probablement pour cette raison que le conseil stagne à des niveaux très faibles, aux alentours de 2% du chiffre d'affaires de la profession[1]. La catégorie des missions d'accompagnement présente au contraire de nombreux avantages (voir tableau ci-dessous) :

  • ces missions permettent de générer un chiffre d'affaires récurrent ;
  • elles peuvent être réalisées par les équipes déjà en place ;
  • elles sont proches du c½ur de métier des cabinets.

Pourquoi développer de nouvelles missions ?

Concrètement, qu'entend-on par missions d'accompagnement ?

Cette expression regroupe deux grandes catégories de missions d'accompagnement :

  • l'accompagnement au pilotage de l'entreprise, c'est à dire devenir le « copilote » du dirigeant en l'aidant dans la prise de décision : tableau de bord de gestion, suivi de la trésorerie, accompagnement RH, etc.
  • l'accompagnement administratif, c'est-à-dire devenir son bras droit en le soulageant des fonctions support : recouvrement client, gestion de la facturation, domiciliation, etc.

Par où commencer ? Tout dépend du cabinet, de son organisation, de sa typologie de clientèle, des compétences des collaborateurs... car il n'existe pas de missions intrinsèquement « pertinentes ».

Une véritable réflexion stratégique doit donc être menée pour segmenter la clientèle, analyser et découper les tâches des collaborateurs, imaginer une offre, la formaliser, et former les équipes. Proposer de nouvelles missions ne s'improvise pas, alors comment faire ?

Pour répondre à cette question, rendez-vous le 8 novembre 2022 à 9h pour un nouvel atelier de la transformation organisé par le CROEC de Paris - Ile de France !

>> Pour s'inscrire (atelier en présentiel ou à distance).

[1] Données issues de l'étude du think tank Les Moulins. Chiffre d'affaires résultant de missions de conseil facturées séparément.

www.oec-paris.fr