Quickbooks

75e #CongresOEC : une conférence internationale sur les nouveaux enjeux de la Coopération en Afrique francophone

Conférence sur l'état des lieux des travaux de la DDPI dans l'espace OHADA
Article écrit par (68 articles)
Modifié le
1 202 lectures
Dossier lu 17 995 fois

« L'influence de la coopération française pour le management du cabinet en Afrique à l'aune de la transformation numérique dans l'espace OHADA » : une thématique riche pour une table ronde stratégique en matière de coopération internationale. En un peu moins d'une heure, de nombreux intervenants prestigieux se sont succédé pour faire un état des lieux de l'action de la Direction du développement et des partenariats internationaux (DDDPI) en Afrique subsaharienne, et dessiner la feuille de route stratégique des années à venir.

Une table ronde organisée par Géraldine de Léon, responsable de ce département international, et animée par Philippe Bloch, journaliste pour BFM Business.

Voir les replays des grandes conférences du #CongresOEC : congres.experts-comptables.com

Qu'est-ce que la DDPI ?

La Direction du développement et des partenariats internationaux (DDPI), département commun aux deux institutions françaises, Conseil supérieur de l'Ordre des experts-comptables (CSOEC) et Compagnie nationale des commissaires aux comptes (CNCC) a pour objectif de mutualiser l'expérience et le savoir-faire français en matière de comptabilité et d'audit avec les instituts et pouvoirs publics partenaires, dans le monde entier.

Depuis trente ans, les actions de coopération menées par la DDPI contribuent au déveloopement économique des pays partenaires en participant au renforcement de leur système d'information financière, dont la stabilité et la transparence facilitent les investissements nationaux et étrangers.

La DDPI mène ses projets dans une logique de partenariat avec les pays bénéficiaires. Ses actions s'inscrivent dans une optique de mutualisation de bonnes pratiques, à rebours de toute logique d'assistance ou de substitution.

 

L'IFAC salue le travail de la DDPI en Afrique subsaharienne

Après l'intervention des présidents des deux institutions françaises, Charles-René Tandé (CSOEC) et Jean Bouquot (CNCC), qui ont souligné l'apport de la DDPI dans le renforcement des capacités pour la digitalisation de la profession comptable en Afrique francophone, le président de l'IFAC, In-Ki Joo, a salué les travaux de la DDPI en Afrique subsaharienne dans une allocution à la profession.

Il a notamment évoqué les actions réalisées pour doter les professionnels de l'espace OHADA d'un cadre conceptuel dans l'exercice de leurs missions et d'outils digitaux les plus adaptés à leur environnement. Selon In-Ki Joo, la crise sanitaire a renforcé l'importance d'une véritable coopération internationale, la plupart des pays n'ayant pas, seuls, la capacité de faire face aux enjeux posés par la crise sanitaire.

Qu'est-ce que l'IFAC ?

L'International Federation of Accountants est l'organisation représentative de la profession comptable au niveau mondial.

Elle compte 175 membres et organisations associées, dans 130 pays et juridictions, et regroupe ainsi près de 3 millions de professionnels.

Le président de l'IFAC a par ailleurs salué le travail effectué par la DDPI depuis le début de la crise sanitaire, en aidant les professionnels comptables de l'espace OHADA à assurer une continuité de leur activité. Au total, 14 pays africains se sont engagés à suivre les sessions techniques de la DDPI.

CongresOEC Replay

Retrouvez l'intégralité des replays de la TV Congrès !

 

La DDPI vue par ses représentants

Arezki Mahiout, élu en charge de la DDPI au Conseil supérieur de l'Ordre des experts-comptables, est revenu sur la relation privilégiée qui lie cette direction technique à l'Afrique francophone. En tête des besoins exprimés par les institutions de cet espace, on trouve la formation, notamment en matière de normes professionnelles internationales, de contrôle qualité, de renforcement des capacités institutionnelles et organisationnelles. Le contexte sanitaire a bien entendu ajouté à cette liste la gestion de la crise, et du maintien de l'activité à distance.

Eric-Jean Viste, élu en charge de la DDPI à la Compagnie nationale des commissaires aux comptes (CNCC), a quant à lui insisté sur les travaux de la DDPI pour renforcer les systèmes d'information financière dans l'espace OHADA. La stabilité et la transparence de cette information constituent en effet deux leviers essentiels pour faciliter les investissements, nationaux et internationaux. En pratique, cela passe notamment par des formations aux normes internationales ISA, et un accompagnement pour la mise en œuvre de réformes des institutions.

Géraldine de Léon, de la DDPI, a rappelé la place prioritaire qu'a l'Afrique francophone dans sa feuille de route et salué l'organisation de cette table ronde, qui répond à deux objectifs :

  • faire un bilan des actions menées ces dernières années ;
  • poser les jalons des coopérations futures à l'aune des nouveaux enjeux de la profession comptable.

 

L'état des lieux des représentants de l'espace OHADA

Léonard Ambassa, président de la Pan African Federation of Accountants (PAFA), de l'Ordre national des experts-comptables du Cameroun (ONECCA-Cameroun) et du Conseil supérieur des Ordres nationaux des experts-comptables de ma CEMAC (Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale), a salué l'excellent travail réalisé par la DDPI, dans son assistance aux institutions ordinales. Parmi les principaux succès résultant de cette coopération, le président Léonard Ambassa a cité :

  • les formations mises en place pour transmettre les règles déontologiques issues de l'IFAC ;
  • la mise en place d'un cadre conceptuel clair ; 
  • les travaux autour du pack PE ISA, adapté à la législation OHADA ;
  • le démarrage des contrôles qualité
  • le lancement de plateformes communes mettant des outils numériques à disposition des plus petits cabinets.

Pour Cosme Goundete, président du Conseil permanent de la profession comptable de l'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), et de l'Ordre des experts-comptables et comptables agréés du Bénin (OECCA-Bénin), les résultats ont été particulièrement marqués en matière de :

  • coaching des Ordres et appui à leur adhésion à l'IFAC ;
  • fourniture d'un manuel de contrôle qualité ;
  • appui à la digitalisation ou à la facilitation informatique des missions d'audit avec le pack PE ISA OHADA dont l'implémentation est imminente dans cette zone ;
  • lancement de diverses solutions en ligne.

Pour Fatoumata Cisse, présidente de l'Ordre national des experts-comptables et des comptables agréés du Mali (ONECCA-Mali) et de la FIDEF (Fédération internationale des experts-comptables et commissaires aux comptes francophones), la DDPI permet de gagner énormément de temps dans le développement des Ordres d'Afrique francophone, en offrant un modèle calqué sur celui de la profession française.

Qu'est ce que l'espace OHADA ?

L'Organisation pour l'harmonisation en Afrique du droit des affaires compte 17 États membres. Les objectifs assignés à cette organisation sont de faciliter les échanges et les investissements, garantir la sécurité juridique des activités économiques, accélérer le développement économique et créer un vaste marché intégré afin d'en faire un pôle de développement.

 

La Banque mondiale, principal bailleur et partenaire de la DDPI 

Selon Célestin Adjalou Niamien, spécialiste en gestion financière à la Banque mondiale, le développement de la profession comptable en zone OHADA a toujours été un sujet d'intérêt. Deux plans successifs ont ainsi été lancés par cette institution en 2012 et 2018 avec un financement de 30 millions d'€ au total, dont une part significative pour :

  • l'amélioration de l'information financière des entreprises ;
  • l'élaboration de cadres normatifs et de guides de procédures ;
  • le renforcement des institutions impliquées dans la diffusion et le contrôle de cette information.

Une collaboration plus étroite entre la DDPI et la Banque mondiale peut-elle être envisagée ? Tout en reconnaissant qu'elle « joue un rôle prépondérant dans le renforcement de la profession comptable », Célestin Adjalou Niamien enjoint la DDPI à se rapprocher de l'OHADA pour être davantage intégrée dans les projets de financement, et renforcer ainsi son implication avec les autres pays membres.

 

Une feuille de route clarifiée

Pour Géraldine de Léon, cette table ronde a constitué une véritable « étape qualitative sur la voie de la coopération bilatérale et multilatérale, mais également dans la compréhension de la Banque mondiale des actions menées par la profession comptable française ». Elle note ainsi le fort besoin d'accompagnement exprimé en matière de transformation numérique, mais également en matière normative et se réjouit du discours de la Banque mondiale, qui fait entrer la DDPI dans une véritable relation de partenariat.

CongresOEC Replay

Retrouvez l'intégralité des replays de la TV Congrès !
Julien Catanese

Julien Catanese
Directeur éditoral de Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
Diplômé d'expertise comptable, après 7 ans en tant que rédacteur en chef puis directeur de la rédaction Fiscalistes et experts-comptables chez LexisNexis, je rejoins l'équipe Compta Online en juin 2020.
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.

Twitter   Facebook   Linkedin

MASTER FEC